The usine strikes again this week-end

Posté le .

la culture ni pute ni soumise

L’Usine a fait grève samedi dernier et reste toujours mobilisée ce week-end pour revendiquer l’ouverture urgente de nouveaux espaces culturels nocturnes, autogérés et sans but lucratif (non, nous ne considérons pas les lounge bars ou le bowling de la Praille comme des espaces culturels). Suite à l’absence de réponses constructives de la part des autorités politiques, nous poursuivons la lutte !
Depuis la fermeture d’Artamis, il y a deux ans, et la politique d’intransigeance face aux squats instaurée par le procureur Zappelli, nous réclamons des solutions pour faciliter la création de nouveaux lieux alternatifs, à savoir non commerciaux ou hors « mainstream », accessibles à tous et garantissant la création de liens sociaux par l’organisation d’activités culturelles. Notre Maire, Madame Salerno, semble d’ailleurs avoir compris que la jeunesse réclame une autre façon de s’exprimer et de vivre la ville, et qu’aujourd’hui, on ne lui donne plus la possibilité de le faire à Genève. Effectivement, nous n’avons bien souvent pas les moyens, ni l’envie, de fréquenter les boîtes de nuit huppées. Nous ne voulons pas nous retrouver dans des espaces institutionnels ou privés sur lesquels nous n’avons aucune emprise. Nous voulons construire et organiser nous-mêmes les structures destinées à accueillir la culture qui nous est propre. Nous sommes les plus aptes à pouvoir faire évoluer cette culture de manière cohérente, puisque nous la vivons au quotidien. Au même titre que n’importe quel autre citoyen nous réclamons le droit à l’expression de notre culture.

Le manque de lieux alternatifs pèse sur l’Usine, sur la diversité culturelle du canton, mais également sur les artistes et sur le public. Les lieux de représentation se faisant de plus en plus rares, l’expression artistique, autant locale qu’européenne, est globalement en train de s’appauvrir au profit d’une culture d’Etat, élitiste et ciblée, ainsi qu’au profit d’une culture événementielle et lucrative orchestrée à grands coups de sponsors et de fonds privés.
La mobilisation de l’Usine, plus qu’une mobilisation pour un lieu, est une ACTION

– pour la diversité culturelle genevoise

– pour les autres espaces alternatifs qui luttent en Suisse

– pour la diversité des scènes européennes
POUR TOUTES SES RAISONS, L’USINE OUVRIRA SES PORTES CE VENDREDI A 21H ET ENTRAINERA SON PUBLIC DANS UNE PARADE FESTIVE EN COMPAGNIE DE L’ARV, DU CORNER 25, DE L’UECA ET DE L’ECURIE

A PARTIR D’1H.

by Jeremy Verlooven