Bla de Mai 2019

Posté le .

Les phrases concernant les comportements oppressifs ne sont volontairement pas féminisées.

Ce texte est un point de vue personnel d’une personne fréquentant plusieurs groupes affinitaires, dont l’Usine. Elle ne pense pas avoir raison sur tout. Elle pense cependant qu’il est important de réagir rapidement.

———

Depuis un moment déjà, nos milieux militants discutent de la légitimité. Qui l’est ? Qui ne l’est pas ? Qui a le droit de s’exprimer ? Qui prend trop de place ? Qui ne devrait pas participer au débat ? Qui empêche les personnes concernées de s’exprimer comme elles le voudraient ? Ces questions, importantes, semblent difficilement prendre de la place lors de discussions qui sont proches de nos cercles sociaux. Pourtant, nous savons que les agressions physiques sont connues pour être perpétrées par des personnes que nous connaissons 1. Pourquoi cela serait-il différent en ce qui concerne les agressions morales ?

L’incertitude comme force d’inaction ?

Combien de fois, lors de discussion, l’incertitude triomphe ? Phénomène très utilisé par les lobbys («Si nous n’avons pas totalement obtenu gain de cause, tout au moins nos actions ont-elles permis d’arriver à une décision finale plus mesurée »)2, il semble être une porte de sortie adéquate de discussions difficiles.

Cependant, la non-décision n’en est-elle pas moins une ? Est-ce que la phrase « Franchement, moi je le connais, il est pas comme ça » a plus de poids que n’importe quelle personne qui s’est sentie oppressée ?

Ne pas prendre de décision empêche la personne qui s’est fait agressée de se sentir à l’aise, légitime, ou elle se trouve et donc, l’oblige à se faire violence une fois de plus pour rester ou à s’auto-exclure.

L’exclusion est un échec, il est vrai, mais la non-exclusion apporte l’exclusion. L’inclusivité est un but, mais elle est actuellement impraticable

Classes sociales ?

Quelle est la place d’un bourgeois dans nos milieux affinitaires ? Est-il là par idéologie ? Par compassion ? Par envie d’exotisme ? Est-ce que la sûreté de l’héritage ne supprime pas directement le droit de s’exprimer ? Si la redistribution n’est pas un objectif, est-il possible qu’il s’agisse d’un camarde ?

Approbation sociale

La gravité d’un comportement se calcule-il en fonction de l’appréciation sociale ? Est-ce que plus je suis apprécié, plus je peux être sexiste ? On aurait tendance à réagir de manière épidermique à cette question par un «nooon » rageur. Mais est-ce vraiment le cas ? De mon impression, l’appréciation sociale joue un rôle très important actuellement dans les milieux militants genevois, créant hiérarchisation des comportements, et relève d’un terrible échec idéologique.

Du coup quoi ?

Actuellement, j’ai l’impression que nous sommes hypocrites. Nous faisons perdurer les oppressions, que nous dénonçons chez les autres, au sein de nos propres cercles affinitaires.

Il est grand temps de s’affranchir de ces codes sociaux, virer les oppresseurs qui sont là uniquement car ils l’ont toujours été, qui ont un capital social qui excuse tout.

Chaque force vive n’est pas utile. Nos milieux sont élitistes par rapprochements sociaux, ils devraient l’être par comportement. L’exclusion est un moyen important à utiliser et à ne pas faire tomber dans la violence de l’approbation, de la hiérarchisation sociale.

Soyons attentives.

Des bisous

Winter


1 http://www.rqcalacs.qc.ca/statistiques.php
2 L’industrie du Lobbying. Les stratégies d’influences des groupements de consommateurs en Europe, à l’heure d’internet. Page 42. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01340358/document