bla du mois d’octobre

Posté le .

APPEL À MOBILISATION POUR LE DROIT A LA VILLE

Le 1er juillet 2017 nous étions 1500 à défiler dans les rues de Genève pour revendiquer la légitimité des habitant.e.s de Malagnou, menacé.e.s d’expulsion par l’État, de loger dans la maison qu’ils occupent et animent en autogestion depuis 2012. Ce jour-là, le besoin de vivre autrement les espaces urbains (du logement aux espaces de création et diffusion de la culture) s’est manifesté avec force à travers la revendication du droit à la ville et le mot d’ordre DEFENDONS-NOUS !

Le 7 octobre 2017, deux mois après cette première manifestation, les différents collectifs, organisations, partis politiques et associations appellent à descendre à nouveau dans les rues. Cette fois-ci, nous serons encore plus nombreux et nombreuses pour donner encore plus de voix à nos revendications.

RE-PRENONS LA RUE POUR:

DEFENDRE les lieux de vie et de culture alternative En défense des intérêts des propriétaires immobiliers, les squats de Rhino, la Tour et l’Arquebuse sont évacués en 2007. Les autorités s’attaquent de cette façon à une histoire de trente ans qui a fait de Genève, à partir du sauvetage du quartier des Grottes des années 1980, la capitale européenne des squats. Aujourd’hui, les politiques urbaines des autorités se situent dans la droite ligne de ce tournant. C’est pourquoi il est plus important que jamais de défendre fermement des espaces libres et autogérés permettant d’imaginer et réaliser des alternatives possibles.

LUTTER contre une politique d’austérité Il y a 20 ans, 2000 personnes vivaient dans des squats, en dehors de la sphère marchande de l’immobilier. Aujourd’hui, à coups de hausses de loyer et de coupes dans les budgets publics, les lois du marché gèrent nos vies plus que jamais. Comment s’en sortir ? L’austérité doit cesser, afin de nous permettre de retourner créer librement. L’État doit garantir des services publics, des logements et des espaces de création et de diffusion de culture soustraits aux lois marchandes dominantes.

REPRENDRE de l’espace, ensemble Aucun espace de création et de diffusion de culture alternative n’est autonome du reste de la société. Aux marges de la culture dominante, la culture alternative se nourrit et se développe dans des espaces permettant la libre créativité, la spontanéité et l’élaboration de nouvelles manières de bâtir nos rapports sociaux. Le maintien et l’émergence de tels espaces sont primordiaux pour tout artiste, acteur ou actrice culturel.le.s. La mise à disposition par l’État d’espaces accessibles ou gratuits doit être accompagné par une politique globale favorisant un vivre ensemble social et horizontal. Reconquérir de tels espaces est légitime et nécessaire. Pour continuer à construire un rapport de force, pour défendre nos lieux de vie, pour réinventer des nouveaux rapports au monde

RE-PRENONS LA RUE !

7 OCTOBRE 2017, 17h, – GENEVE PLACE DES 22 CANTONS