ATTENTION AVIS A LA POPULACE FREQUENTANT LA MAISON DITE DE L’USINE

Posté le .

Suite aux dernières interdictions votées par et pour le peuple, nous avertissons notre bien aimé public qu’à partir du 1er juin, il lui sera STRICTEMENT INTERDIT de fumer, de se gratter le nez, de regarder avec insistance le personnel d’accompagnement de l’Usine, de consommer de l’alcool après 23h, d’aller pisser plus de trois fois durant la soirée, de rire sans raison évidente ou encore d’adopter une attitude détendue.

Concernant le grattage de nez, les dérogations pour causes médicales selon l’article 137 du règlement sur la bienséance publique sont applicables. Les expressions nezophobe du type  « t’as du nez » sont proscrites de l’établissement jusqu’à nouvel avis. Demeurent en règle les expressions à visée calculatrice du type « à vue de nez ».

Au sujet du regard, les dispositions relatives au « m’as-tu vu » sont applicables sous conditions des articles 23 alinéas b et c et 24 du règlement des regards visés. Si l’insistance est due à une déficience approuvée par un médecin oculiste, l’interdiction ne peut être retenu contre le déficient visuel en question. Les regards dans le vide sont autorisés à condition que la personne ne soit pas sensible au vertige. De manière générale, nous préférons savoir où se portent les regards, histoire d’êtres sûrs qu’ils soient bien dirigés dans la même direction et sur les mêmes objets. Tout regard déviant est passible d’être sanctionné d’une amende de 350 chf TTC.

Et surtout n’oubliez pas de ne pas voir ce qui se passe dans notre ville, dans notre pays et globalement en Europe. Pour rappel, tout regard critique est strictement interdit !

De l’alcool. Même si nos premières observations relèvent que la consommation d’alcool rend les dispositions relatives au regard plus facilement et directement applicables, nous ne pouvons tolérer une consommation excessive de substances fermentées, celles-ci entraînant des comportements non hygiénistes, non civilisés et salissent de manière excessive nos latrines.

Ce qui nous amène au point P de notre règlement.
Les toilettes sont des éléments du bâtiment devant êtres fréquentés de manière épisodique ou avec modération, c’est pourquoi une utilisation abusive, soit plus de trois fois dans la soirée sera sanctionnée d’une amende de 200 chf.

Concernant le rire, ce dernier peut être toléré seulement s’il découle d’une situation portant à rire de manière évidente sans devoir recourir à une interprétation ou à une quelconque réflexion. Merci de rire bêtement et de ne pas rire à propos de sujets pas drôles !
Les fumeurs sont par ailleurs avertis que vue leur capacité pulmonaire réduite, il leur est plus particulièrement conseillé de ne pas rire.

Sur la fumée. Beaucoup d’ordonnances ont été édictées par nos supérieurs, il nous revient donc de préciser que la fumée tue chaque jour aux quatre coins du monde. Cette dernière rend également stérile ce qui, sans être un mal en soi, contredit les lois de la croissance démographique des pays qui devraient dominer le monde.

Les dispositions sur la parole restent subordonnées au droit fédéral sur les non dits, rappelons toutefois qu’il vaut mieux ne pas abuser de cette compétence humaine linguale et que l’instrumentalisation des propos ne peut en aucun cas être sanctionné.
En clair, gardez votre langue dans votre poche et les mains en dehors et en cas d’extrême difficulté à vous faire comprendre, agitez les ou levez les bras au ciel…On ne sait jamais, quelque chose pourrait bien vous tomber dessus.

Enfin, concernant l’attitude à avoir dans notre établissement, il nous semble sensé et évident que la peur reste le sentiment que chacun devrait ressentir à toute heure de la journée surtout lorsque ce dernier est dirigé contre l’autre ; celui ou celle qui ne nous ressemble pas. Aucun effort de compréhension, ni d’ouverture à cet autre ne sera autorisé entre nos murs.

En espérant que vous saurez prendre acte, cher public, de ces nouvelles dispositions, nous vous invitons à augmenter l’affluence du festival antifasciste et antiraciste du 2 au 4 juin mais de manière disciplinée et silencieuse, sans trop d’enthousiasme. Soyez de bonnes citoyennes et de bons citoyens, ne vous agitez pas trop, « vous êtes jeunes, ça vous passera »* comme disait l’autre.

Et puis si vraiment ça ne passe pas, faites passer la pilule avec un peu d’eau.

* Philippe Vuillemin