Aujourd'hui à L'Usine

Pas d'évènements prévus

Ces prochains jours →

Pour les évènements des entités partageant le bâtiment avec l'association L'Usine, veuillez vous référer à leurs sites pour plus d'informations: Post Tenebras Rock (PTR), Fonds d'art contemporain de la Ville de Genève (FMAC) & Autrement aujourd'hui.

Communiqué - Gestion des violences sexistes et sexuelles à L'Usine

Actualité du 23 novembre 2021

La remise en question, c’est pas facile mais c’est primordial, surtout dans les luttes qui sont les nôtres, les vôtres.

Même animé.e.x.s de grandes valeurs, de grandes revendications, d’une envie de faire de notre lieu, un lieu plus safe pour tou.te.x.s , on peut parfois se prendre les pieds dans le tapis et se planter.

Un communiqué du collectif Engageons les murs nous a mis face à nos contradictions, et c’est normal. 

C’est bénéfique même. ça réveille quand on se repose trop sur ses lauriers, ça met face aux incohérences qu’on a tendance à ne plus voir, ça oblige à se remettre en question quand on aurait dû le faire de nous-même avant.

Alors on se lance dans un grand chantier, on a envie de faire bouger les choses, de remettre en cause, même ce qui existait bien avant nous dans ce bâtiment.

On a un peu l’impression de s’attaquer à une montagne. Une montagne composée de nombreux lieux, de nombreuses personnes et leurs liens d’amitié, de nombreux avis, mais on ne doit pas se cacher derrière.

Il faut appliquer le discours et les valeurs auxquelles on croit tou.te.x.s, et mettre en place des mesures concrètes, sans se chercher d’excuses.

En tant que lieux alternatifs et militants, on œuvre pour un avenir sans oppression, et on se doit de ne pas reproduire les violences et les mécanismes d’un système qu’on dénonce.

Notre public doit se sentir légitime d'exiger de nous, espaces s’affichant comme anti-sexistes, qu’ils le soient véritablement.

Iels doivent pouvoir compter sur le fait que les membres soient safe, que les agresseurs soient bannis des lieux, que les victimes soient écoutées et que leur parole ne soit pas remise en cause. Que nos espaces permettent aux personnes qui subissent des oppressions au quotidien de se sentir en sécurité.

C’est dans cette optique qu’on opère une série de changements, portés par un groupe de travail. Un protocole plus poussé de formation du staff va être mis en place, ainsi qu’un code de conduite. Enfin, une adresse mail va être créée afin de recueillir des témoignages de situations problématiques et d’agressions sexistes et sexuelles rencontrées par le public et/ou le staff, de la part du public et/ou du staff. Ce groupe de soutien ,en mixité choisie sans homme cis sera à l’écoute des victimes, et sera, on l'espère un bon moyen de libérer une parole parfois rendue difficile par l’aspect intimidant du collectif et du bâtiment de L’Usine. 

On vous croit, on vous soutient, on est avec vous.

Le collectif de L’Usine